• Repenser l'Acadie

Les membres de notre équipe s'illustrent !

Mis à jour : janv. 22

Malgré les conditions peu idéales auxquelles le monde universitaire est confronté depuis plusieurs mois, les membres de Repenser l’Acadie dans le monde continuent de s’illustrer. Nous avons le plaisir de signaler quelques réalisations récentes de plusieurs chercheures et chercheurs affiliés à notre équipe, réalisations qui font preuve du dynamisme des membres du collectif Repenser l’Acadie dans le monde et de l’originalité de leurs contributions à l’avancement des connaissances.

  • Paru en 2014 aux Presses de l’Université d’Ottawa, le livre de Joel Belliveau, Le Moment 68 et la réinvention de l'Acadie, est désormais disponible en traduction anglaise : In the Spirit of ’68 Youth Culture, the New Left, and the Reimagining of Acadia (trad. de Käthe Roth; UBC Press, 2020). Belliveau a également codirigé (avec Tudi Kernalegenn et Jean-Olivier Roy) l’ouvrage collectif La vague nationale des années 1968 : Une comparaison internationale (Presses de l’Université d’Ottawa, 2020).

  • Après dix années de recherches et de préparation, Clint Bruce vient de faire paraître un livre aux presses de The Historic New Orleans Collection, Afro-Creole Poetry in French from Louisiana’s Radical Civil War-Era Newspapers: A Bilingual Edition (2020). Au printemps dernier, il a été reconduit en tant que chercheur affilié de l’Institut L.-R.-Wilson (McMaster University), de 2020 à 2023, et reçu le même statut auprès du Center for Louisiana Studies de l’Université de Louisiane à Lafayette, jusqu’en 2025.

  • Toujours très présente dans les débats publics sur les droits linguistiques au Canada, la politologue Stéphanie Chouinard signe, depuis l’été dernier, une chronique régulière dans le journal néo-brunswickois L’Acadie Nouvelle. De plus, elle vient d’être invitée à contribuer au magazine québécois L’Actualité, ce qui accroîtra la visibilité des enjeux de la francophonie minoritaire. Dans une autre sphère d’activité, l’Université de Moncton, où Chouinard a fait ses études de premier cycle, l’a récemment sollicitée comme mentor au Centre d'excellence en leadership Frank-McKenna.

  • Corina Crainic a veillé à la direction et à la publication d’un numéro thématique de la revue Francophonies d’Amérique : « Entre solitudes, contraintes et aspirations : de l’Acadie, des Caraïbes et de la Louisiane » (no 49, printemps 2020). Ce dossier fait suite à un important forum de l’Institut d’études acadiennes tenu en mai 2017 pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, « Une Acadie plurielle dans un Canada en évolution de 1867 à 2017 : approches pluridisciplinaires ». Crainic signe l’introduction ainsi qu’une étude de l’œuvre du romancier martiniquais Patrick Chamoiseau.

  • Nous tenons à féliciter Nicole Gilhuis pour le poste qu’elle occupe depuis cet automne à Pepperdine University, à Malibu (Californie), où elle enseigne l’histoire au sein de la Division des humanités et de la formation à l’enseignement. Elle venait de soutenir sa thèse de doctorat Atlantic Ghosts: Mi’kmaq Adoption, Daily Practice & the Rise and Fall of Colonial Revenants, 1600-1763, qu’elle a réalisée à l’Université de Californie à Los Angeles.

  • L’automne dernier, Éva Guillorel a intégré l’Université Rennes 2 où elle est maîtresse de conférences au sein du secteur Sciences humaines et Humanités. Elle a codirigé, David Hopkin, l’ouvrage collectif Traditions orales et mémoires sociales des révoltes en Europe, paru aux Presses universitaires de Rennes. Ce livre a l’ambition d’offrir « une lecture renouvelée des révoltes européennes de l’époque moderne et des mécanismes de constitution des mémoires sociales qui les accompagnent. »

  • Parmi les publications récentes de Christopher Hodson figure un chapitre dans l’ouvrage French Connections: Cultural Mobility in North America and the Atlantic World, 1600–1875, sous la direction de Robert Englebert et Andrew N. Wegmann (LSU Press, 2020). Sa contribution s’intitule : « The Trials of Brother Chrétien: A Case of Ruin and Redemption in the French Atlantic ». En outre, notre collègue vient de signer un contrat avec Wiley en vue de la rédaction d’une synthèse de l’histoire du monde atlantique.

  • Gregory Kennedy, codirecteur de Repenser l'Acadie dans le monde, a été nommé au conseil d’administration du Gorsebrook Research Institute (St. Mary’s University), l’un des partenaires de notre projet. À cet honneur s’ajoute un second mandat en tant que chercheur affilié auprès de l’Institut L.-R.-Wilson (McMaster University). Avec Vincent Auffrey, il a signé un chapitre dans l’ouvrage French Connections, « A French Huguenot’s Career as a British Colonial Administrator in Acadie/Nova Scotia/Mi’gma’ki, 1710–1750 ». À noter que M. Auffrey est un ancien étudiant de l’Université de Moncton qui poursuit actuellement son doctorat à l’Université de Toronto.

  • Les recherches en sociolinguistique d’Isabelle LeBlanc ont abouti à plusieurs publications récentes, dont un chapitre dans l’ouvrage Paroles et regards de femmes en Acadie (sous la direction de Jimmy Thibeault, Michael Poplyansky, Stéphanie Saint-Pierre et Chantal White; Presses de l’Université Laval, 2020) : « ‘‘J’ai des amies qui disent que le chiac peut t’amener n’importe où, mais j’ai mes doutes’’ : le récit d’une Acadienne qui traverse les frontières linguistiques et géographiques dans les années 1960 »; ainsi qu’un article dans Études en littérature canadienne / Studies in Canadian Literature : « L’Acayenne des années 1970: quand les femmes (s’)écrivent » (vol. 44, no 2). En plus de son implication au sein de notre projet, elle a fondé, avec plusieurs collaboratrices de l’Université de Moncton, le Groupe de recherche sur les archives et les femmes en Acadie. Pour en savoir davantage, voir cet essai dans le magazine de l’ACFAS : « Où sont les femmes dans la mémoire collective acadienne ? » (16 juin 2020).

  • Nathan Rabalais a accepté le poste de professeur adjoint d’études francophones Joseph-P.-Montiel au Département des langues modernes de l’Université de Louisiane à Lafayette, où il est également chercheur associé au Center for Louisiana Studies, jusqu’en 2025. Nous avons aussi le plaisir de signaler la parution prochaine de son livre Folklore Figures of French and Creole Louisiana, une étude novatrice de la tradition orale franco-louisianaise, qui sera disponible dès mars 2021 chez LSU Press.

  • Jimmy Thibeault, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones (Créaf) de l’Université Sainte-Anne, a codirigé, avec Michael Poplyanksy, Stéphanie Saint-Pierre et Chantal White, l’ouvrage collectif Paroles et regards de femmes en Acadie (Presses de l’Université Laval, 2020). La version électronique du livre est disponible en accès libre. De plus, un ouvrage qu’il a codirigé avec Pamela V. Sing, Marguerite-A. Primeau, première femme de lettres du Far Ouest canadien, était en nomination au prix Gabrielle-Roy.

  • Adeline Vasquez-Parra poursuit ses recherches sur la Déportation des Acadiens et surtout des Acadiennes, en mettant en relief l’expérience, peu étudiée, des femmes pendant cette période trouble. Son article : « Les réfugiées acadiennes dans l'Atlantique français: des voix effacées » a paru dans la revue Études Canadiennes (vol. 1, no 88, 2020).

  • En juin 2020, l'Université d'Ottawa décernait à Philippe Volpé, titulaire d’un doctorat en histoire, la médaille d'or du Gouverneur général du Canada pour la meilleure thèse en humanités. Ses recherches feront l’objet d’un livre qui paraîtra en septembre 2021 aux Presses de l’Université d’Ottawa, À la frontière des mondes : jeunesse étudiante, Action catholique et changement social en Acadie (1900-1970). Après un stage postdoctoral à l’Institut d’études acadiennes (2019-21), Volpé enseigne désormais à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston.

Félicitations à tout le monde et au plaisir de poursuivre nos échanges et réflexions !

197 vues0 commentaire

© 2019 par Clint Bruce et Gregory Kennedy.

Créé avec Wix.com